A mi-parcours

Tunnel de Pinchat CEVA, Genève

CHR HS_CEVA Pinchat 1

Voilà quatre ans que le premier coup de pioche de CEVA a été donné. Avec le percement du tunnel de Pinchat, célébré le 8 octobre dernier, le chantier franchit une étape importante. La connexion des secteurs Carouge ― Bachet et Val d’Arve marque symboliquement la mi-parcours dans la réalisation de l’ensemble de CEVA.

Oubliées les années de bataille et de procédure, depuis quatre ans déjà c’est la réalité du terrain qui occupe l’actualité de CEVA. Les chantiers ont mis la ville sans dessus dessous. Si pour certains les désagréments de surface semblent interminables, en souterrain les travaux avancent à un rythme soutenu.

La réalisation du tracé est divisée en sept secteurs. En partant de la gare Cornavin ceux-ci sont: St-Jean−Jonction, La Praille, Carouge−Bachet, Val d’Arve, Champel− Hôpital, Genève−Eaux-Vives et Trois- Chênes.

Les deux premiers empruntent un tronçon de voies existant qui néanmoins nécessite des adaptations dont la plus importante est la reconstruction du tablier du viaduc de la Jonction. S’y ajoutent l’adaptation des tunnels de St-Jean et de la Bâtie (ripage et abaissement des voies pour offrir le gabarit suffisant, création des chemins de fuite, gaines techniques), la modification de l’alimentation des voies (15000 V/25000 V avec commutation automatique), ainsi que la création de diverses bifurcations et de parois anti-bruit.

Le secteur de La Praille couvre l’ensemble de la zone de la gare de marchandises de La Praille ainsi que la station actuelle de Lancy−Pont-Rouge, qui sera remplacée par une toute nouvelle gare. Celle-ci aura une place centrale dans la vie du futur quartier Praille-Acacias-Vernets dont les premières esquisses commencent à se concrétiser.

CHR HS_CEVA Pinchat 2

De là, CEVA poursuit sa course essentiellement en souterrain suivant un tracé entièrement réalisé pour l’occasion. Le secteur Carouge−Bachet, tout d’abord, qui s’étend du siège des TPG jusqu’à l’Office cantonal des automobiles et de la navigation (OCAN) et qui comporte la construction de l’une des cinq nouvelles stations ainsi que le percement du tunnel de Pinchat. C’est sans doute le secteur le plus complexe techniquement, la halte étant située sous un carrefour principal réunissant un maximum de contraintes (autoroute, route, trams, bus, chambres SIG, collecteurs et autres réseaux). Puis vient le secteur Val d’Arve. A peine sortis du tunnel de Pinchat, les trains circuleront dans une tranchée couverte, franchiront l’Arve grâce à un pont et plongeront dans le tunnel de Champel qui marque le début du secteur suivant dénommé Champel−Hôpital. C’est ici que trouvera place la station la plus profonde du réseau, logée 25 mètres sous la ville entre l’avenue de Miremont et le plateau de Champel. Le secteur comprend également un tunnel de liaison piétonnier avec l’hôpital universitaire (HUG).

La réalisation du secteur Genève−Eaux- Vives, le moins étendu en longueur absolue, comporte des travaux conséquents et durera 72 mois. Il s’agit ici de construire une nouvelle gare, à 16 mètres de profondeur, ainsi que les tranchées couvertes Théodore-Weber et Frank-Thomas, le tout dans un périmètre extrêmement urbain et dense. La déviation d’une importante galerie Swisscom sera par ailleurs nécessaire.

«ouvriers et engins sont mis à rude épreuve»

Le dernier secteur, dénommé Trois-Chêne, court sur près de 4 kilomètres. Il s’agit principalement ici de construire une tranchée couverte afin d’enterrer et de doubler l’ancienne ligne ferroviaire. La réalisation de ce tronçon est ponctuée par la construction de la station de Chêne. Il comporte également la création d’un passage inférieur à la hauteur du chemin de Grange-Canal ainsi que la construction d’un pont sur la Seymaz en remplacement de celui existant. C’est aussi dans ce secteur que sera aménagée une voie verte.

Connexion!                                                                                                                     Le 8 octobre dernier, les deux fronts du tunnel de Pinchat se sont rejoints, à 30 mètres de profondeur, sous la route de Troinex. Trois ans après le début de ce chantier, ce moment fort a été célébré par ceux qui œuvrent à sa réalisation.

Le percement du tunnel de Pinchat vient, à son tour, marquer un jalon dans la concrétisation de CEVA, permettant à ses extrémités, Carouge−Bachet et Val d’Arve, d’être ainsi réunies. C’est également pour les ouvriers un temps fort, un moment clé de la concrétisation de cet ouvrage.

Durant la première année, les travaux ont consisté à réaliser les accès au tunnel, soit le puits d’attaque du Bachet et la tranchée couverte de la voirie de Carouge, permettant à la creuse de débuter à la fin de l’été 2013. Cent cinquante ouvriers ont ainsi travaillé pendant plus de 780 jours.CHR HS_CEVA Pinchat 3

CHR HS_CEVA Pinchat 7

Long de 2100 mètres, le tunnel est aujourd’hui entièrement creusé sur sa demi-section, soit sa partie haute, la calotte. Les travaux s’achèveront dans une année et demie, le temps d’excaver sa partie basse, le stross, et de réaliser le radier et le revêtement. Suivront les phases d’équipement.

L’objectif de mise en service de CEVA, qui permettra au réseau régional LEMAN Express de se déployer sur 230 kilomètres de ligne et de relier 45 gares de part et d’autre de la frontière franco-suisse, reste décembre 2019.