Archives de catégorie : Enveloppe du bâtiment

Attention au choc thermique

Enveloppe du bâtiment

CHR 7_enveloppe_verres 3

Le verre isolant triple est aujourd’hui devenu un véritable standard. Il satisfait largement aux exigences des lois sur l’énergie actuellement en vigueur et assure un confort agréable avec une protection thermique aussi bien en hiver qu’en été. Cependant les variations de température entraînent des dilatations et des tensions dont il faut tenir compte.

Les verres isolants triples doivent ainsi satisfaire à des exigences techniques d’application lorsqu’ils sont installés. Il s’agit là de supporter les charges atmosphériques dépendant des données barométriques ainsi que la pression du vent qui varie d’une région à une autre. Mais le rayonnement du soleil est également un facteur d’influence extérieure. Les verres étant généralement maintenus en place dans des cadres profilés ou dans des constructions à montants et traverses, des charges thermiques supplémentaires apparaissent durant la saison froide et lorsque le soleil brille. Ces charges sont dues à l’ombre partielle provoquée par le recouvrement des bords du verre. Dans ces situations, des tensions différentes sont mesurées dans les bords froids et au milieu ensoleillé du vitrage. Ce réchauffement local entraîne une dilatation du verre et fait ainsi apparaître des contraintes de compression en son milieu et des contraintes de traction dans ses bords. Un bris de verre par choc thermique peut se produire lorsque la tension de flexion est dépassée dans les bords du vitrage. La différence de température à l’intérieur du vitrage joue ici un rôle très important.

CHR 7_enveloppe_verres 2
Vue du joint périphérique d’un verre isolant triple: 1: Verre intérieur/extérieur; 2: Verre intermédiaire; 3: Joint secondaire; 4: Espace intercalaire; 5: Point de départ de la casse thermique.

Dans un verre isolant triple, le verre intermédiaire présente un rayonnement thermique limité à cause des deux autres verres. C’est ainsi que la température du verre et que le risque de bris par choc thermique augmentent. Si ces températures peuvent être transmises ou estimées à l’avance, celles-ci servent de base de décision pour bien choisir le type de verre approprié.

Dans ce contexte, il est intéressant de prendre en compte une caractéristique spécifique du matériau, à savoir la «résistance aux chocs thermiques». Celle-ci indique quelles différences de température peuvent supporter les différentes zones d’un vitrage. Un bris thermique se produit lorsque la résistance aux chocs thermiques et la résistance à la flexion autorisée en fonction de la nature des bords du verre correspondant sont dépassées. Les différences de température à l’intérieur du vitrage revêtent donc une grande importance et doivent être considérées en conséquence.CHR 7_enveloppe_verres 1