On ne creuse plus!

Le 8 juin dernier, l’ultime mètre du tunnel de Champel a été creusé une quinzaine de mètres sous l’avenue Alfred-Bertrand à Genève. Cet événement particulier pour les mineurs a été célébré en leur présence, quatre ans après le début des travaux de cet ouvrage. Les dix kilomètres de parcours souterrain de CEVA (Cornavin – Eaux-Vives – Annemasse) sont désormais entièrement excavés et les principaux défis techniques liés, relevés avec succès.

Après le percement du tunnel de Pinchat en 2015, le poussage du pont de l’Arve, la pose des premières briques de verre et la jonction des tranchées couvertes suisse et française en 2016, ainsi que les premières plantations de la Voie verte cette année, le percement du tunnel de Champel représente un nouveau pas capital dans la réalisation du projet de CEVA.

Long de 1630 mètres, le tunnel de Champel a été creusé durant trois ans depuis ses deux extrémités à une profondeur comprise entre dix et trente mètres. Pour rappel, le premier coup de pioche de ce tunnel n’avait pu être donné qu’en février 2013. En effet, après que le Tribunal fédéral avait validé la décision d’approbation des plans (autorisation de construire) en mars 2012, il avait fallu encore mener une procédure d’expropriation. La première année de travaux a permis de réaliser les points d’attaque pour la creuse, à savoir les deux portails, situés de part et d’autre de l’ouvrage. Au Val d’Arve, c’est une première étape complexe qui a été menée pour réaliser l’entrée du tunnel d’une hauteur de vingt mètres dans le cône d’éboulis qu’est la falaise de Champel. Aux Eaux-Vives, le portail est situé au niveau de l’avenue Théodore-Weber, au bout de la tranchée couverte du même nom.

«Les ouvrages s’achèvent les uns après les autres. Il est important de marquer ces événements dans la vie d’un chantier, surtout quand …

… Découvrez l’article complet dans notre édition de juillet 2017. Contactez-nous pour recevoir un exemplaire gratuit et abonnez-vous!

tunnels entamés