Archives par mot-clé : chantier

Toujours plus de normes? Oui!

massimo portrait 4Il est de bon ton parmi les professionnels de tout bord, tout comme dans une bonne frange de la population, de râler contre la bureaucratie. Et l’on s’en prend volontiers aux autorités cantonales, à la Berne fédérale et, summum du bouc émissaire, à Bruxelles et à la masse de normes européennes.

Le monde de la construction est confronté à l’exponentielle augmentation des normes. Nombre d’entrepreneurs ressentent une réelle pression administrative qui les contraint à dédier toujours plus de temps à l’analyse de la réglementation et à l’adaptation des procédures internes à leur entreprise afin d’y répondre.

De l’efficience énergétique à la sécurité, de la bonne gestion à l’élimination des déchets, il ne suffit pas de bien savoir faire son travail pour être entrepreneur.

« face à des prix nettement plus bas, les habitudes des maîtres d’ouvrage sont vite balayées »

Pourtant certains en demandent plus et ils ont peut-être bien raison. En effet, l’ouverture de la concurrence aux entreprises européennes et mon- diales, tendrait initialement à faire arriver chez nous des services et des produits de qualité inférieure à nos standards habituels. Mais face à des prix nettement plus bas, les habitudes des maîtres d’ouvrage sont vite balayées. C’est le constat qu’a fait dernièrement un fabricant alle- mand de portes et fenêtres, Roto Frank AG pour ne pas le nommer. Sur certains segments, ses marges s’effritent au pro t de produits en provenances de l’Est ou de Chine. Nombre d’industriels suisses se trouvent face à la même inéluctable réalité.

Pire encore, l’écart technique initial tendrait à diminuer (assez) rapidement, les produits «exotiques» devenant de plus en plus qualitatifs. Que faire donc? Tout en poursuivant ses efforts d’innovation, l’industriel allemand – présent sur les cinq continents, dans une quarantaine de pays et annonçant un chiffre d’affaires de 622 millions d’euros en 2015 – s’est adressé à la Commission européenne, appelant à une définition plus précise des normes de qualité.

Sur un autre terrain mais dans la même logique, la SSE invitait dernièrement les maîtres d’ouvrages publics à une définition plus précise des tâches liées au développement durable. Des phrases du type «les entreprises sont tenues de minimiser l’impact environnemental de leurs travaux» ne sont plus acceptables dans les contrats de construction. Aujourd’hui, les entreprises réalisent souvent des prestations qui légalement échoient au maître d’ouvrage, sans pour autant être rémunérées.

Plus de normes donc, pour défendre ses intérêts et les efforts de développement et d’innovation fournis. Maîtres d’ouvrage, propriétaires, entrepreneurs, industriels ou simples consommateurs, il incombe à chacun d’agir pour assurer la qualité de nos constructions et de nos cadres de vie. Ainsi que de l’emploi et de la formation.

Succès Swiss Made!

BAUMAG 2015                                                                                                               Du 22 au 25 janvier, les professionnels de la construction se sont retrouvés à Lucerne pour la 17ème édition de la Baumag. Plus de 16’000 visiteurs, des nouveautés mondiales et des contacts de haute qualité pour un succès Swiss Made !    

CHR 2_machines_intermat 1

 

Avec plus de 16’600 visiteurs, la dernière édition de la Baumag a été parmi les plus fréquentées depuis 1984, année de création de la foire. Quatre jours durant, le centre de foire de Lucerne a été la capitale suisse du secteur machines et équipements de construction.

x1000ZT_Baumag_2015-0493Sur les stands de 200 exposants, nombreuses étaient les premières mondiales ou nationales. L’audience internationale souligne la grande qualité de la foire. Les trois professionnels qualifiés pour les championnats suisses « SwissSkills » ont impressionné par leur maîtrise. Le concours de mini pelles a également attiré les foules. Alors que le nouveau secteur béton a été très apprécié.

La satisfaction des exposants était réelle avant même la fin du salon. Beaucoup de contacts fructueux ont été réalisé et de nombreuses commandes enregistrées. La prochaine édition aura lieu du 2 au 5 février 2017.

x1000ZT_Baumag_2015-0456 x1000ZT_Baumag_2015-0205 x1000ZT_Baumag_2015-0010 x1000ZT_Baumag_2015-0148

La voie royale

Transformation – Hôtel Royal Savoy, LausaRoyal Savoy 1nne

Après plus de quatre ans de travaux, le prestigieux hôtel Royal Savoy s’apprête à rouvrir ses portes. Un investissement de 100 millions a permis de remettre à neuf le bâtiment historique et de construire une nouvelle aile forte de 95 chambres ainsi qu’un centre de conférences et un centre de bien-être. Les premiers clients sont attendus en juin prochain.

Inauguré en 1906, l’hôtel Royal Savoy fut longtemps le symbole du prestige lausannois. Grâce à sa magnificence architecturale et sa tradition hospitalière à l’instar des premiers palaces suisses, il attira l’aristocratie et les personnalités de renom. Ainsi, pendant de nombreuses années, la famille royale d’Espagne fit de cet hôtel sa villégiature d’exil alors que le roi de Thaïlande y passa sa prime jeunesse. D’autres noms illustres figurent dans le livre d’or, parmi eux: la reine Fabiola de Belgique (entre 1940 et 1943, 1997), le prince Victor Emmanuel de Savoie (1993), Carl Lewis, champion olym- pique américain sur 100 mètres et de saut en longueur (1987) ou encore la légende du football brésilien Pelé (1997). Dans un style Art nouveau et néobaroque, l’hôtel avait été magnifiquement agencé avec les matériaux les plus nobles et devint rapidement un élément essentiel du patrimoine historique lausannois.

Propriétaire du lieu qu’il a racheté en 2007, le groupe Katara Hospitality Ltd permet à l’hôtel Royal Savoy de renouer avec sa gloire d’antan et d’ouvrir un nouveau chapitre de l’histoire hôtelière lausannoise. En un premier temps, le bâtiment a été entièrement mis à nu afin d’évaluer au plus précis l’état de la structure. Une première phase de renforcements a été réalisée dans la foulée. Puis le projet est resté quelque peu en stand-by avant d’être entièrement revu et enrichi.

Le programme définitif comprend l’assainissement complet de l’ancien bâtiment avec la définition des nouvelles typologies (101 chambres et suites), la construction d’un nouveau bâtiment fort de 95 chambres ainsi que d’un bâtiment de liaison permettant la création d’un vaste centre de conférences et de banquets ainsi que d’un spa de 1500 m2. Le chantier est actuellement dans ses phases finales, l’ouverture officielle étant fixée au 1er juin prochain.

Royal Savoy 4Lourd héritage                                                      Le caractère historique des lieux donne à l’hôtel une aura particulière. La bâtisse possède une puissance et une élégance d’un autre temps. Le corps central en relief, les deux ailes symétriques, la grande arcade s’ouvrant sur le jardin, la tour et les tourelles, la salle de bal et le jardin d’hiver: tout concourt à l’évocation de la Belle Epoque. L’édifice est classé avec la note de 2 à l’inventaire des monuments historiques.

La maçonnerie d’origine est globalement saine et les dalles à nervures remplissent leur fonction. Elles opposent néanmoins quelque résistance au moment de supporter le nouveau programme. Les réseaux nécessaires au confort attendu d’un établissement hôtelier actuel dialoguent mal avec cette stucture irrégulière, les nervures tantôt longitudinales tantôt transversales n’en facilitant pas le traçage. Les équipements et les charges à reprendre sont également sans commune mesure avec les standards de 1906; à l’époque, par exemple, on ne compte que deux salles de bains par étage! Aujourd’hui, chaque pièce est dotée de tout le confort et la charge minimale admise est de 300 kg/ m2. Les renforcements ponctuels des planchers réalisés au moment de la première mise à nu s’avèrent aujourd’hui peu rationnels et requièrent un effort de planification supplémentaire, notamment en ce qui concerne le passage des gaines de ventilation et les impératifs de protection contre le feu.

Les exigences du réaménagement sont confrontées à l’hétérogénéité de la structure existante. Ainsi, dans l’aile ouest, la présence de la salle de bal du rez-de-chaussée et de quelques salons et salles de conférences au premier étage rompt la relative conti- nuité statique dessinée par les chambres des étages supérieurs. Afin d’assurer la reprise des charges des nouveaux aménagements, les planchers des étages sont suspendus à la charpente de toiture.

 « le lobby central qui jouit d’une hauteur sous plafond de près de huit mètres »

Le rez-de-chaussée offre de beaux volumes, spécialement dans le lobby central qui jouit d’une hauteur sous plafond de près de huit mètres. De part et d’autre trouvent place le restaurant principal et sa «show kitchen», le jardin d’hiver et le grand salon. Afin de desservir les étages, deux ascenseurs clients et trois ascenseurs de service sont installés. L’escalier principal retrouve toute son élégance.

Dans les six niveaux supérieurs sont aménagées 101 chambres dont 13 suites. La plus grande d’entre elles, la suite présidentielle, se trouve au quatrième étage. En plus d’un siècle d’existence, le bâtiment et le terrain ont subi passablement de mouvements. Les concepteurs relèvent jusqu’à 17 centimètres de dénivelé entre les deux extrémités de l’édifice et la largeur du couloir principal présente elle aussi nombre d’irrégularités. Le dessin articulé du nouveau faux plafond, l’alignement de la hauteur des portes, les nouveaux habillages des parois ainsi que l’éclairage indirect permettent de pallier subtilement ces imperfections sans recourir à une chape nivelante dont le poids s’avérerait rédhibitoire.

Historiquement dévolus au personnel, les volumes sous les combles acquièrent une nouvelle valeur et permettent d’aménager des chambres à grand cachet. En toiture, la nouvelle Sky Terrace pourra accueillir une soixantaine de convives et, avec sa vue spectaculaire à 360°, promet de devenir l’une des adresses les plus prisées de la ville.

Royal Savoy 12Nouvelle ère                                  Au cœur du parc, le nouveau bâtiment totalise 95 chambres. L’attique – réalisé en structure métallique – sera aménagé en un vaste penthouse de plus de 400 m2 unique en son genre à Lausanne. Dans les niveaux inférieurs trouve place un spa de 1500 m2. Il comprend une piscine intérieure et extérieure, un fitness, un espace «private spa», des salles de soins et une zone réservée aux dames. Les choix constructifs sont usuels et fonctionnels. Les formes fluides dialoguent avec la végétation séculaire. Les trois niveaux souterrains contiennent les nombreuses installations techniques liées aux équipements du spa et au confort des chambres. Un soin particulier est apporté à distancer les installations de ventilation de celles de traitement des eaux.

Entre les deux bâtiments, un volume bas assure la liaison et abrite une partie du spa
et le nouveau centre de conférences et de banquets. Avec une surface de près de 600 m2, libre de porteurs, et la possibilité de subdiviser les espaces en plusieurs salles ou d’y adjoindre les salons et salles de réunion du rez-de-chaussée et de l’étage, il promet de devenir un site de choix pour les manifestations d’affaires ou privées. C’est aussi dans ce nouveau volume que sont concentrées les installations techniques (monoblocs, boilers, etc.) du bâtiment principal. Le complexe est relié au réseau de chauffage à distance de la ville. Les ballons pour l’eau chaude installés sont quelque peu sur-dimensionnés afin de parer à une éventuelle panne sur le réseau. Une paroi clouée sous la façade principale du bâtiment existant a été nécessaire à la réalisation de la fouille.

Entre ancien et nouveaux bâtiments, l’ensemble ainsi créé totalise environ 21 000 m2 de surface brute de plancher. L’ouverture de l’hôtel est fixée au 1er juin prochain. Environ 300 emplois vont être créés. L’investissement total est de 100 millions.

Royal Savoy 19